Code Pénal

Dernière version en vigueur au 18/01/2020

SOMMAIRE

 

⦁ Les Droits et les Devoirs des Citoyens ……………………………………………………………………4

Art I.1 (droits et devoirs) ………………………………………………………………………………………………4

Art I.2 (manquement) ……………………………………………………………………………………………………4

 

⦁ Principes Généraux sur les Infractions ………………………………………………………………….5

Art II.1 (Contraventions, délits et crimes)………………………………………………………………………..5

Art II.2 (Délais de prescription) ……………………………………………………………………………………..5

Art II.3 (Récidive) ………………………………………………………………………………………………………..5

Art II.4 (Peines maximales) …………………………………………………………………………………………..5

Art II.5 (Circonstances aggravantes) ………………………………………………………………………………6

Art II.6 (Circonstances atténuantes) ……………………………………………………………………………….6

 

⦁ Amendes et sanctions pécuniaires…………………………………………………………………………..7

Art III.1 (Paiement obligatoire) ……………………………………………………………………………………..7

Art III.2 (Délit et crime : non-paiement) …………………………………………………………………………7

Art III.3 (Contraventions : non-paiement) ……………………………………………………………………….7

Art III.4 (Contestation)………………………………………………………………………………………………….7

 

⦁ Contrôle d’identité et fouille corporelle …………………………………………………………………8

Art IV.1 (Droit de contrôle) …………………………………………………………………………………………..8

Art IV.2 (Refus d’un contrôle) ……………………………………………………………………………………….8

 

⦁ Arrestation et garde à vue …………………………………………………………………………………….9

Art V.1 (Arrestation) …………………………………………………………………………………………………….9

Art V.2 (Lecture des droits) …………………………………………………………………………………………..9

Art V.3 (Lecture des droits différée) ………………………………………………………………………………9

Art V.4 (Non lecture des droits) …………………………………………………………………………………….9

1

Agression et Meurtres …………………………………………………………………………………………10

Art VI.1 (Agression) …………………………………………………………………………………………………..10

Art VI.2 (Meurtre et tentative) ……………………………………………………………………………………..10

Art VI.3 (Enlèvement et tentative) ………………………………………………………………………………..10

Art VI.4 (Légitime défense) …………………………………………………………………………………………10

Art VI.5 (Meurtre sur moldu) ………………………………………………………………………………………10

 

⦁ Braquages et vols…………………………………………………………………………………………………11

Art VII.1 (Braquages, vol et tentative) ………………………………………………………………………….11

Art VII.2 (Restitution) ………………………………………………………………………………………………..11

Art VII.3 (Objet volé revendu) …………………………………………………………………………………….11

Art VII.4 (Recel de vol) ………………………………………………………………………………………………11

 

⦁ Propriété privée, fouilles et perquisitions …………………………………………………………….12

Art VIII.1 (Fouille d’un individu) ………………………………………………………………………………..12

Art VIII.2 (Fouille de véhicule) ……………………………………………………………………………………12

Art VIII.3 (Perquisition du domicile et de l’entreprise) …………………………………………………..12

 

⦁ Les Armes ………………………………………………………………………………………………………….13

Art IX.1 (Délivrance du port d’arme) ……………………………………………………………………………13

Art IX.2 (Sanction en cas de manquement) ……………………………………………………………………13

Art IX.3 (Tenue du registre)…………………………………………………………………………………………13

Art IX.4 (Armes non autorisées) …………………………………………………………………………………..13

Art IX.5 (Armes autorisée) ………………………………………………………………………………………….13

Art IX.6 (Utilisation des armes) ……………………………………………………………………………………13

 

⦁ Substances illicites et alcool …………………………………………………………………………………14

Art X.1 (Etat d’ivresse) ……………………………………………………………………………………………….14

Art X.2 (Drogues) ………………………………………………………………………………………………………14

Art X.3 (Flagrant délit) ……………………………………………………………………………………………….14

Art X.4 (Amende) ………………………………………………………………………………………………………14

 

⦁ Lieux interdits …………………………………………………………………………………………………….15

Art XI.1 (Liberté d’aller et venir) …………………………………………………………………………………15

Art XI.2 (Accès encadrés par la loi) ……………………………………………………………………………..15

Art XI.3 (Accès interdit par la loi) ………………………………………………………………………………..15

Art XI.4 (Sanction du non-respect) ……………………………………………………………………………….15

2

Permis de Conduire et règles de circulation …………………………………………………………16 

Art XII.1 (Permis de conduire) …………………………………………………………………………………….16

Art XII.2 (Règles de circulation) …………………………………………………………………………………16 

Art XII.3 (Feux rouges)……………………………………………………………………………………………….16 

Art XII.4 (Infraction au code de la route) ………………………………………………………………………16 

Art XII.5 (Preuve) ……………………………………………………………………………………………………..16 

Art XII.6 (Contestation) ………………………………………………………………………………………………17 

Art XII.7 (Points) ……………………………………………………………………………………………………….17 

Art XII 8 (Retrait du permis de conduire) ……………………………………………………………………..17 

Art XII 9 (Avis de recherche véhicule) ………………………………………………………………………….17

 

⦁ Droit de la consommation ……………………………………………………………………………………18 

Art XIII.1 (Refus de vente à un particulier) ……………………………………………………………. …….18 

Art XIII.2 (Refus de vente à un professionnel) ……………………………………………………………….18 

Art XIII.3 (Contestation du refus de vente) ……………………………………………………………………18 

 

⦁ Code du Travail…………………………………………………………………………………………………..19 

Art XIV.1 (Contrat de travail) ……………………………………………………………………………………..19 

Art XIV.2 (Droit de grève) ………………………………………………………………………………………….19 

Art XIV.3 (Licenciement) ……………………………………………………………………………………………19 

Art XIV.4 (Contestation du licenciement) ……………………………………………………………………..19 

Art XIV.5 (Faute grave du salarié) ……………………………………………………………………………….19 

 

⦁ Etat d’urgence ……………………………………………………………………………………………………20 

Art XV.1 (Déclaration de l’État d’Urgence) …………………………………………………………………..20 

Art XV.2 (Conséquences de l’état d’urgence) ………………………………………………………………..20

 

⦁ Palais de Justice

…………………………………………………………………………………………...21

Art XVI.1 (Déroulement d’une audience)

………………………………………………………………….21

Art XVI.1.1 (Le débat)

…………………………………………………………………...21

Art XVI.1.2 (Délibéré)

………………………………………………………...21

Art XVI.1.3 (Jugement)

……………………………………………………………………...21

Art XVI.2.1  (Les avocats)

……………………………………………………………..22

Art XVI.2.2 (Représentant du Partie Civil)

……………………………………………………………..22

Art XVI.2.3 (Le Procureur de la République)

……………………………………………………………………………..22

Art XVI.2.4 (Juge)

…………………………………………22


 

3

TEXTES EN VIGUEUR



 

I. Les Droits et les Devoirs des Citoyens

 

Art I.1 (droits et devoirs)

 

 

Les citoyens ont des droits, mais aussi et également des devoirs :

– L’obligation de respecter le code pénal

– Le droit de vote 

– Le droit de circuler en toute liberté sur le territoire, tout en respectant la législation en vigueur sur les zones dont l’accès est restreint ou interdit. 

– Le devoir d’assistance. Toute personne ne portant pas assistance à autrui se voit passible de poursuites pour non-assistance à personne en danger. 

– Le droit du port d’armes, dans le respect de la législation en vigueur

– Le droit à la création d’une entreprise et/ou d’une association sous réserve d’acceptation du gouvernement après soumission d’un dossier. 

– La liberté d’expression dans le respect de l’ordre public et des bonnes mœurs. 

– Le droit de presse à condition de respecter la vie privée d’autrui.

– Le droit de présence lors des audience en cours pénal. 

 

 

Art I.2 (manquement)

 

 

Tout manquement à ces obligations expose l’individu à des poursuites pouvant se solder par une sanction pécuniaire ou une peine d’emprisonnement. Celle-ci seront prononcé au préalable en cours pénal dans certaines conditions.


 

I.3 Cours pénal

 

La justice à obligation d'être saisi dans tous les cas, sauf pour les contraventions et les délits mineur (libre à la gendarmerie où à l'auteur des contraventions et délits de saisir la justice.) Cependant, si par manque de personnel juridique, les audiences ne peuvent pas se tenir dans les règles, c'est au chef de police de prononcer les sanctions à la place de la justice.

 

4

 

 

II. Principes Généraux sur les Infractions

 

 

Art II.1 (Contraventions, délits et crimes)

 

 

Sont différenciés les contraventions, les délits (mineurs et majeurs), et les crimes. L’auteur d’une infraction s’expose à des sanctions différentes selon le degré de gravité de ladite infraction :

 

- Les contraventions sont passibles d’une amende de première classe, dont le montant varie en fonction de l’infraction commise. - Les délits mineurs sont passibles d’une amende de seconde classe. L’individu pourra éventuellement être placé en garde à vue.  - Les délits majeures sont passibles d’une amende de troisième classe et d’une mise en détention. - Les crimes sont passibles d’une amende de quatrième classe, d’une mise en détention et d’une destitution temporaire des droits de l’individu. Art II.2 (Délais de prescription)

 

Chaque infraction est assortie d’un délai de prescription en fonction de sa nature :

 

- Les contraventions sont imprescriptibles - Les délits mineurs sont prescrits au bout de 1 mois - Les délits majeurs sont prescrits au bout de 2 mois - Les crimes sont prescrits au bout de 3 mois.

 

En cas de doute sur la date réelle de l’infraction, c’est à l’individu mis en cause de prouver que le délai de prescription est dépassé.

 

 

Art II.3 (Récidive)

 

 

L’auteur d’une infraction s’expose à une sanction plus importante en cas de récidive. Cette sanction varie en fonction de la nature de l’infraction.

 

- En cas de contravention routière : pas de majoration en cas de récidive. - Contravention autre : majoration de l’amende - Délit mineur : majoration de l’amende et peine de prison - Délit majeur : majoration de l’amende et peine de prison plus importante que la fois précédente. En cas de récidives multiples, l’individu pourra, à l’appréciation souveraine de la cours pénal, être soumis à une incarcération à vie - Crime : Prison fédérale à vie en cas de récidive. Art II.4 (Peines maximales)

 

Ces peines sont les sanctions maximales qui peuvent être retenues contre un individu. Des peines moins lourdes peuvent donc être mises en place si le cas l’impose.

 

 

5

 

 

Art II.5 (Circonstances aggravantes)

 

 

Les peines prononcées en cas de délits et crimes peuvent être majorées s’il existe des circonstances aggravantes :

 

- Préméditation - Bande organisée - Abus de faiblesse

 

Cette liste est non exhaustive.

 

Art II.6 (Circonstances atténuantes)

 

Les peines prononcées en cas de délits et crimes peuvent être minorées s’il existe des circonstances atténuantes :

 

- Contrainte ou menaces physiques ou morales - Cas de force majeure

 

Cette liste est non exhaustive.

 

 

6

 

 

 

 

Art III.1 (Paiement obligatoire)

 

 

Les amendes doivent impérativement être payées.

 

 

Art III.2 (Délit et crime : non-paiement)

 

 

En cas de non-paiement d’une amende pour délit ou crime, un huissier sera dépêché afin de saisir le bien de l’individu dont le prix se rapproche le plus de la sanction pécuniaire, et ce peu importe que la valeur du bien soit plus importante.

 

 

Art III.3 (Contraventions : non-paiement)

 

 

En cas de non-paiement d’une contravention, cette dernière se voit automatiquement majorée sous un certain délai.

 

- Dans un délai de 3h le montant de l’amende est doublé. - Dans un délai de 6h le montant de l’amende est triplé. - Dans un délai de 9h l’individu sera placé en garde à vue jusqu’à ce que l’amende soit payée.

 

Le fait de ne pas se présenter afin de régler ladite amende au bout de 9h entraîne une requalification de la contravention en délit mineur. Un mandat d’arrêt pourra être déclaré à l’encontre de l’individu.

 

 

 

Art III.4 (Contestation)

 

 

Une amende ne peut être contestée auprès du gouvernement qu’une fois qu’elle a été payée auprès de la Gendarmerie. Il vous sera demandé de constituer un dossier avec l’aide d’un avocat. Anisi, c'est au palais de justice que sera traité la demande lors d'un procès, sans garantie que celle-ci aboutira.

 

 

7

 

 

IV. Contrôle d’identité et fouille corporelle

 

 

Art IV.1 (Droit de contrôle)

 

Les agents de la gendarmerie sont autorisés à effectuer des contrôles d’identité et des fouilles dans certains cas seulement :

 

- En cas de flagrant délit - Lorsque des éléments plausibles laissent penser que l’individu était sur le point de commettre une infraction ou possède des produits illicites. - Lorsque l’état d’urgence est déclaré Art IV.2 (Refus d’un contrôle)

 

Le citoyen qui refuserait de se soumettre à un contrôle d’identité dans les cas précités pourra être placé immédiatement en garde à vue.

 

 

 

8

 

V. Arrestation et garde à vue

 

 

Art V.1 (Arrestation)

 

 

Les gendarmes sont autorisés à effectuer des arrestations dans certains cas seulement :

 

- En cas de flagrant délit - Lorsque qu’une fouille s’est révélée fructueuse - Lorsque la personne faisait l’objet d’un mandat d’arrêt - Lorsque l’état d’urgence est déclaré - Lorsque des éléments plausibles laissent penser que l’individu était sur le point de commettre une infraction

 

Le temps de la garde à vue est décompté à partir de l’arrestation par un officier de gendarmerie

 

 

 

Art V.2 (Lecture des droits)

 

 

Lors d’une arrestation, les gendarmes doivent impérativement et immédiatement lire ses droits à l’individu. Ce dernier est ainsi en droit de :

 

- Connaître la ou les raisons de son arrestation - Garder le silence - Faire appel à un avocat - Réclamer d’être examiné par un médecin

 

Tout manquement de lecture de ces droits pourrait amener à une annulation complète des charges retenues contre le suspect

 

« Je vous arrête pour ……… (la raison). Vous avez le droit de garder le silence. Si vous renoncez à ce droit, tout ce que vous direz pourra être et sera utilisé contre vous devant une cour de justice. Vous avez le droit de faire appel à une aide médical si vous en avez le besoin, le droit à un avocat et d’avoir un avocat présent lors de l’interrogatoire. Durant chaque interrogatoire, vous pourrez décider à n’importe quel moment d’exercer ces droits, de ne répondre à aucune question ou de ne faire aucune déposition. »

 

 

 

Art V.3 (Lecture des droits différée)

 

 

Si la situation l’exige, la lecture des droits peut être différée. (Si par exemple l’individu est dans l’incapacité de les entendre ou de les comprendre).

 

 

Art V.4 (Non-lecture des droits)

 

Lorsque ses droits ne sont pas lus à un individu car la situation ne l’exigeait pas, rien de ce que ce dernier dira durant sa garde à vue ne pourra être retenue contre lui. De plus, il sera en droit d’appeler son avocat et d’être libéré si aucune charge n’est retenu contre lui.

 

9

 

 

VI. Agressions et Meurtres

 

 

Art VI.1 (Agression)

 

 

Toute forme d’agression est strictement interdite et est passible de poursuite judiciaires. L’agression peut avoir plusieurs formes :

 

- Verbales - Physiques - Morales

 

Chaque type d’agression engagera des poursuites judiciaires à l’encontre de(s) l’individu(s).

 

 

 

Art VI.2 (Meurtre et tentative)

 

 

Le meurtre est un crime. Il s’agit donc là d’une des infractions les plus sévèrement punies. La tentative de meurtre est assimilable à un meurtre. Elle est donc passible des mêmes peines.

 

 

 

Art VI.3 (Enlèvement et tentative)

 

 

L’enlèvement est un crime ou un délit selon la gravité de ce dernier. La tentative d’enlèvement est assimilable à un enlèvement. Elle est donc passible des mêmes peines.

 

 

 

Art VI.4 (Légitime défense)

 

 

En cas de légitime défense, les individus sont autorisés à tenter de neutraliser un individu par la force physique ou l’usage d’armes (autorisées) ou objets. 

La légitime défense ne peut être invoquée que lorsque les conditions suivantes sont réunies :

 

- Il existe une agression injustifiée contre l’individu lui-même, autrui ou un bien matériel - L’acte de défense est nécessaire pour éviter l’agression - L’acte de défense est proportionné à l’agression

 

L’existence de ces conditions est laissée à l’appréciation souveraine du gouvernement.

 

 

 

Art VI.5 (Meurtre sur moldu)

 

 

Le meurtre sur moldu est autorisé à condition que celui-ci soit unique et/ou accidentel. 

La gendarmerie est en droit de procéder à l’arrestation d’un individu dans le cas d’une tuerie massif de moldu (à partir de 5 moldus dans un temps impartit réduit)

 

 

10


 

VII. Braquages et vols

 

 

Art VII.1 (Braquages, vol et tentative)

 

 

Tout vol et/ou braquage est strictement interdit et est puni par la loi. La tentative de vol ou de braquage est assimilable à un vol/braquage. Elle est donc passible des mêmes peines.

 

 

Art VII.2 (Restitution)

 

 

Si l’enquête s’avère fructueuse et que l’identité du voleur est découverte, ce dernier devra restituer l’objet ou la somme volée à son propriétaire. Si l’objet n’existe plus, le voleur devra verser à la victime la somme correspondante à sa valeur.

 

 

Art VII.3 (Objet volé revendu)

 

 

Si l’objet volé a été revendu, le tiers acquéreur devra le restituer au véritable propriétaire. Le voleur devra quant à lui rembourser intégralement le tiers acquéreur.

 

 

Art VII.4 (Recel de vol)

 

 

Le recel est puni par la loi. Ainsi, le fait de dissimuler, d’acheter ou de transmettre un objet que l’on sait voler, expose le receleur à une sanction pour délit majeur.

 

 

11

 

 

VIII. Propriété privée, fouilles et perquisitions

 

 

Art VIII.1 (Fouille d’un individu)

 

 

En cas de flagrant délit (vol, agression) un agent assermenté n’a pas à obtenir d’autorisation pour procéder à une fouille complète de l’individu. Il en est de même si le comportement de l’individu est suspect ou particulièrement dangereux.

 

 

Art VIII.2 (Fouille de véhicule)

 

 

En cas de flagrant délit (vol, agression) un agent assermenté n’a pas à obtenir d’autorisation pour procéder à une fouille complète du véhicule d’un citoyen. Il en est de même si la conduite de l’individu est suspecte ou particulièrement dangereuse, ou possédions de stupéfiant. (Un simple excès de vitesse ou dépassement de ligne continue ne constitue pas une conduite particulièrement dangereuse). Cependant, le policier qui procède à une fouille devra ensuite décrire la scène et donner la date et l’heure approximative dans un rapport archivé. (Ces rapport sont bien sûr valable en cours pénal. Ils sont considéré comme une preuvent).

 

 

 

Art VIII.3 (Perquisition du domicile et de l’entreprise)

 

 

Les agents de l’état ne sont pas autorisés à pénétrer dans une propriété privée sans mandat de perquisition délivré par le procureur de la république. Un mandat de perquisition ne peut être obtenu qu’après constitution d’un dossier attestant de suspicions solides à l’encontre de l’individu, ou bien à partir du moment où l’individu a été reconnu coupable d’un crime ou plusieurs. L’entreprise est la propriété privée du directeur. Par conséquent les dispositions de l’article précèdent s’appliquent aux perquisitions qui y sont menées. Dans le cas où un individu nie avoir une propriété, la gendarmerie se réserve le droit de demander au gouvernement l’existence d’un contrat de location ou d’achat au nom de l’individu.

 

 

 

12


 

IX. Les Armes

 

 

Art IX.1 (Délivrance du port d’arme)

 

 

Aucune arme ne peut être détenue sans obtention d’un permis de port d’arme et déclaration préalable auprès de la gendarmerie.


 

Seul un membre de l’Ammunation est apte à délivrer un permis de port d’arme. Ce dernier ne peut être obtenu qu’après une série successive d’évaluation : 

– Par un membre de l’Ammunation pour une évaluation préalable 

– Par un membre de la gendarmerie pour une évaluation technique 

– Par un membre des pompiers pour une évaluation psychologique

 

 

Art XI.2 (Sanction en cas de manquement)

 

 

En cas de manquement à ces obligations, l’individu se verra confisquer son arme et sera conduit au commissariat pour procéder à un contrôle d’identité.

 

 

Art XI.3 (Tenue du registre)

 

 

L’Ammunation et la gendarmerie doivent tenir à jour un registre des armes détenues par les citoyens.

 

 

 

Art XI.4 (Armes non autorisées)

 

La détention et l’utilisation de certaines armes lourdes est strictement interdite. Tout citoyen retrouvé en possession d’autres armes que celles citées à l’article XI.5 se verra passible d’une sanction pécuniaire. 

Les services de police peuvent décider de placer l’individu en garde à vue afin d’ouvrir une enquête. Le simple fait d’interpellé un individu avec ce type d’arme suffit à justifier la demande d’un mandat de perquisition.

 

 

Art XI.5 (Armes autorisées)

 

Les armes autorisées sont celles disponible à l’Ammunation  toutes autres armes sera considéré comme arme létale prohibé

 

 

Art XI.6 (Utilisation des armes)

 

L’utilisation des armes est strictement encadrée par la loi. Ainsi, les armes autorisées ne peuvent être utilises que dans les cas suivants :

 

- Dans les zones de chasse pour une utilisation adéquate et avec l’arme adéquate. - En cas de légitime défense.

 

 

13


 

X. Substances illicites et alcool

 

 

Art X.1 (Etat d’ivresse)

 

 

Il est strictement interdit d’être en état d’ivresse sur la voie publique. Toute personne interpellée ivre en dehors d’un bar ou d’une propriété privée se verra conduite en cellule de dégrisement jusqu’à ce qu’un membre de pompiers atteste de sa capacité à repartir seul après examen médical.

 

 

Art X.2 (Drogues)

 

 

La détention et la consommation de drogue sont strictement interdites. Les sanctions encourues varient en fonction de la quantité et de la nature de la drogue retrouvée sur l’individu ou dans sa propriété, son véhicule et même son entreprise :​

​​​​​​​​​

 

Quelle que soit la nature de l’infraction, l’individu se verra confisquer la drogue qu’il a sur lui. En cas de contravention et délit mineur, l’individu se verra imposer une amende plus ou moins élevée. Dans le cadre d’un délit majeur, en plus de la confiscation et de l’amende, l’individu sera placé en garde à vue et une enquête sera ouverte avec une possibilité de perquisition du domicile et véhicule. Si après enquête et ou la quantité retrouvée appartenant à un individu est constitutive d’un crime, l’individu est présumé impliqué dans un trafic.

 

 

Art X.3 (Flagrant délit)

 

 

Le fait d’être interpellé en pleine vente de drogue entraîne une majoration des sanctions encourues.

 

 

 

Art X.4 (Amende)

 

 

Les amendes due à la possession de drogue sera proportionnel à la quantité retrouvée sur l’individu et/ou dans le cas d’une enquête, additionnelle-ment dans son véhicule et appartement. 

La base de l'amende se fera par unité.
​​​​​

14


 

XI. Lieux interdits

 

 

Art XI.1 (Liberté d’aller et venir)

 

 

Les citoyens sont libres d’aller et venir comme bon leur semble, sous réserve du respect de la propriété privée d’autrui.

 

 

Art XI.2 (accès encadrés par la loi)

 

 

Toutefois, l’accès à certains lieux est encadré par loi :

 

- Hôpital - Caserne des pompiers - Commissariat - Banque - Palais de justice

 

Il s’agit de lieux dans lesquels les citoyens peuvent librement se rendre sous réserve de ne pas perturber les services concernés. Il n’est par conséquent pas autorisé de se rendre dans ces lieux sans un motif valable.

  • Certaines zones et pièces de ces cinq entités sont strictement réservées au personnel assermenté.

 

 

 

Art XI.3 (accès interdit par la loi)

 

 

A contrario, l’accès à certains lieux est strictement interdit, en l’absence d’autorisation expresse du Procureur :

 

 

- Prison Fédérale - Aéroport - Base Militaire

 

 

L’accès à ces lieux se fera accompagner d’agents de la gendarmerie ou du gouvernement.

 

 

 

Art XI.4 (Propriété privé)

 

 

Tout accès à une propriété privé déclarée ne peut se faire sans un mandat obtenu auprès du gouvernement ou d’un juge.

 

 

Art XI.5 (Sanction du non-respect)

 

 

L’individu qui ne respecterait pas ces dispositions, s’expose à des poursuites en justice et des sanctions. Il s’agit de contraventions et/ou délits mineurs pour toute action illégale dans les lieux encadrés par la loi.

Il s’agit alors de délits majeurs pour le fait de pénétrer sur les zones strictement interdites et soumises à autorisation du Procureur.

 

 

15

 

 

XII. Permis de Conduire et règles de circulation

 

 

Art XII.1 (Permis de conduire)

 

 

Le permis de conduire octroie au citoyen la possibilité de se déplacer avec le véhicule correspondant :

 

- Permis terrestre - Permis Aérien - Permis Maritime

 

Le permis de conduire ne peut être délivré que par l’auto-école ou par les personnes assermentées par le gouvernement (membres haut gradés de la concession).

 

 

Art XII.2 (Règles de circulation)

 

 

Les règles de conduite sont les règles usuelles de circulation. 

• 70 km/h en ville 

• 90 km/h sur une 2 voie 

• 130 km/h sur l’autoroute

 

 

Art XII.3 (Feux rouges)

 

 

Un feu rouge est assimilable à un simple stop. Il est cependant répréhensible de ne pas avoir marqué un temps d’arrêt dans le cas où l’individu coupe la route d’un autre véhicule. 

Dans le cas où le feu de circulation est rouge, mais que la volonté du conducteur est de tourner à droite, vous avez la priorité et passé le feu.

 

 

Art XII.4 (Infraction au code de la route)

 

 

Toutes infractions au code de la route et à la circulation, en ville et en dehors, est passible :

 

- De sanctions pécuniaires - D’une immobilisation du véhicule

 

 

 

Art XII.5 (Preuve)

 

 

La parole d’un agent assermenté, allant du grade de cadet confirmé à celui de capitaine est présumée véridique, même en l’absence de preuve. Ainsi un simple citoyen n’a pas à remettre en cause de manière abusive la parole d’un agent. Lorsque les témoignages des deux parties seront contradictoires, la parole de l’agent prévaudra. C’est par conséquent au citoyen d’apporter la preuve contraire. (Et pas à l’agent)

 

En matière de contravention cette présomption n’est pas susceptible de preuve contraire. De ce fait l’agent doit être cru sur parole et le citoyen n’a pas la possibilité de prouver son innocence. Ces dispositions ne valent pas pour les cadets nouvellement en fonction et en formation, dont la parole peut être remise en cause, sous réserve d’abus.

 

 

16

 

 

Art XII.6 (Contestation)

 

 

Dans le cas d’un excès de vitesse, l’individu doit obligatoirement payer l’amende. Cependant, il peut se donner le droit avec l’aide d’un avocat de contester cette amende dans un délai de 48h. Si l’agent de police est dans l’incapacité de fournir la photo du dit excès vitesse, le citoyen se verra rembourser l’intégralité de son amende, récupèrera ses points perdus, et verra le dit excès de vitesse retiré de son casier judiciaire.

 

 

Art XII.8 (Retrait du permis)

 

 

L’individu qui roulerait sans permis s’expose à des poursuites et aux sanctions qui en découlent. Il s’agit d’un délit.

 

 

Art XII.9 (Avis de recherche véhicule)

 

 

Un véhicule selon la gravité de sa faute, verra sa plaque d’immatriculation ajouté à la liste noir. Celle-ci se verra retiré à la fin du délai de prescription :

 

 

- Les délits mineurs (entre 10 et 20km/h au-dessus de la limite autorisée) sont prescrits au bout de 1 semaines.

 

- Les délits majeurs (entre 20 et 40km/h au-dessus de la limite autorisée) sont prescrits au bout de 2 semaines.

 

- Les crimes (plus de 40km/h au-dessus de la limite autorisée) sont prescrits au bout de 3 semaines.

 

 

 

17

 

 

XIII. Droit de la consommation

 

 

Art XIII.1 (Refus de vente à un particulier)

 

 

Il est formellement interdit de refuser la vente d’un produit ou d’un service à un consommateur, sauf motif légitime.

 

 

Art XIII.2 (Refus de vente à un professionnel)

 

 

Un professionnel peut se réserver le droit de refuser la vente d’un produit ou d’un service à un autre professionnel. Toutefois, si le vendeur est en situation de concurrence monopolistique il devra justifier ce refus par un motif légitime.

 

 

Art XIII.3 (Contestation du refus de vente)

 

 

La légitimité du refus du vendeur est laissée à l’appréciation souveraine du Gouvernement. Ce dernier est saisi par les forces de police en cas de plainte déposée par le client s’étant vu refuser la vente.

 

 

 

18


 

XIV. Code du Travail

 

 

Art XIV.1 (Droit de grève)

 

 

Les salariés jouissent du droit de grève. Toutefois, l’exercice de ce droit ne doit pas consister en une occupation abusive des locaux ou un blocage qui empêcherait le reste des employés désireux de travailler d’occuper leur poste de travail. Le licenciement d’un salarié exerçant son droit de grève est sans cause réelle et sérieuse, sauf faute grave de celui-ci.

 

 

Art XIV.2 (Licenciement)

 

 

En cas de licenciement l’employeur devra verser au salarié des indemnités de licenciement dont le montant sera fixé en fonction de son ancienneté.

 

 

Art XIV.3 (Contestation du licenciement)

 

 

Le salarié peut contester son licenciement. Si celui-ci est considéré comme étant sans cause réelle et sérieuse, l’indemnité versée sera majorée et des poursuites judiciaires seront entamées contre le chef d’entreprise/son gérant.

 

 

 

Art XIV.4 (Faut grave du salarié)

 

 

Si le licenciement intervient en raison d’une faute grave du salarié, aucune indemnité ne sera versée.

 

 

19


 

XV. État d’urgence

 

 

Art XV.1 (Déclaration de l’État d’Urgence)

 

 

L’état d’urgence est déclaré par le Gouvernement suite à la demande du  Colonel de la gendarmerie lorsqu’il est plausible de penser qu’il existe des menaces graves à l’encontre de l’Etat ou des citoyens.

 

 

Art XV.2 (Conséquences de l’état d’urgence)

 

 

En cas d’état d’urgence, les agents de la gendarmerie sont autorisés à :

 

Interdire la circulation des personnes ou des véhicules

 

Instituer des zones dont l’accès est interdit ou réglementé

 

Procéder à des fouilles (corporelles ou de véhicules) ou des contrôles d’identité

 

Fermer de façon provisoire certains lieux de loisir





 

20





 

XVI. (Palais de justice)


 

Art XVI.1 (Déroulement d’une audience)


 

Une audience en cours pénal va se dérouler en trois partie. Elle débutera par les débat, se poursuivra avec le délibérer et finira par le jugement. Ces trois étapes doivent être impérativement respecté selon les articles qui suivent.

 

Art XVI.1.1 (Le débat)


 

Le débat doit débuter par la présentation du dossier. Le juge devra impérativement se présenter lui même ainsi que le procureur de la république, le ou les avocats des deux parties et enfin le représentant du parti civile. Le débat début uniquement quand le juge le stipule. Il donnera tout d'abord le numéro de dossier puis le résumé de celui-ci. Le juge donnera la parole au premier avocats qu’il veut entendre. Une fois cela fait, il pourra interrompre n’importe qui en fonction de l’article XVI.2.4.

Le débats se termine uniquement quand les deux partie n’ont plus rien à dire.




 

Art XVI.1.2 (Délibéré)


 

Une fois le débat terminé, le juge doit se retirer avec le procureur et le partie civil pour délibéré en chambre de jugement. Lors du délibéré, le juge, le procureur et le partie civile se concerte pour s’accorder sur une peine à prononcer. C’est le juge qui doit gérer le délibéré. Cependant, la parole des trois entité a un poids égale et doit impacté le jugement final dans des mesures proportionnées bien sur. 


 

Art XVI.1.3 (Jugement)


 

Une fois le délibéré effectuer, les trois entité cité précédemment revienne dans le palais de justice. Je juge doit dire textuellement : “(Nom de l’accusé), selon (Article du code pénal stipulant l’infraction) et conformément au code pénal, la cours suprême de la Corse vous condamne à (Amende ou emprisonnement) pour (fait reproché à l’accusé).” Le juge doit obligatoirement dire dans quelles circonstances la ou les peines de l’accusé sont mises en place.(Exemple : Amende à payer dans les 20 prochaine minutes, sinon, elle double)

 

21


 

Art XVI.2.1  (Les avocats)


 

Les avocats ne peuvent défendre que des civiles. Il ne peuvent pas défendre ou représenté le gouvernement face à un citoyen. L’avocat représente et défend devant un tribunal, les particuliers ou entreprises ou collectivités engagés dans un procès. Il soutient leur cause par ses interventions et une plaidoirie finale. Il a le droit d’objection durant le débat. Seul le juge peut la lui accorder. Dans des condition où rien n’exige une objection, le juge a le plein droit de la rejeter. L’avocat a le droit de faire appel à n’importe quel témoin présent durant le débat.


 

Art XVI.2.2 (Représentant du Partie Civil)


 

Le représentant du partie civil est un citoyen élu tous les mois. La date de cette élection sera fixé au 20 de chaque mois. Si le RPC ne peut pas être présent lors d’un procès ou que personne ne se présente pour le rôle, c’est un membre du gouvernement qui le remplacera. Le RPC a pour rôle unique de donner un avis de peine. Il doit donc par définition connaître le code pénal. 


 

Art XVI.2.3 (Le Procureur de la République)


 

Le PR a pour rôle de donner un avis de peine ainsi que représenté le gouvernement lorsqu’un civile attaque en justice la police. C’est aussi lui qui délivre les mandats. Il doit, à la fin de chaques débats informé l’accusé des peines qu’il encourt en fonction des infractions.


 

Art XVI.2.4 (Juge)


 

Le Juge doit impérativement étudié en profondeur le dossier avant chaques procès. Son rôle est de gérer la cours pénal. Si pour faire régner le calme, il doit interrompre qui que ce soit il en a le droit. C’est aussi à lui de prononcer les peines lors du jugements. Il doit être capable d’écouter et d’avoir l’avis le plus neutre possible. C’est au Juge d’archiver les affaire classé et autre peine ou amende dans les casier judiciaire.


 

22

Développeur M.Elazar David

Co-fondateur administrateurs : Bryan Walker / John Langlay / Tommy Lucchese / Warren Carter / Léo Stark

WEBMASTER  : Tommy Lucchese / Warren Carter

  • Facebook Social Icône
  • Icône sociale YouTube
  • twitch

Douaniers : Léo Stark / Tommy Lucchese / Bryan Walker / John Langley

© 2019 by Tommy Lucchese. 

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now